Retour

La joie de vivre n'a pas d'âge

Micheline Jobert est une femme délicieuse de 94 ans, mère de trois filles, grand-mère de six petits enfants et de 11 arrières petits-enfants. Elle est la doyenne du Foyer Jacques Letarouilly où elle vient déjeuner tous les jours et où elle participe gaiement à toutes les animations préparées par la nouvelle directrice Delphine Mesnil : « Depuis l’arrivée de Delphine, le foyer a pris un coup de jeune ! Delphine, Marine, Bernadette et le Chef Jean-Michel s’occupent bien de nous, ils sont super ! On mange très bien et on s’amuse beaucoup. Personnellement je fais de la gymnastique, de la peinture au couteau, je participe à l’atelier cuisine, à la chorale et à de nombreux jeux ».

Etes-vous Deauvillaise ?
Micheline Jobert : je suis arrivée à Deauville âgée de quelques mois et c’est ma grand-mère qui m’a élevée à partir de deux ans jusqu’à mon mariage à l’âge de 19 ans. Ma grand-mère tenait une épicerie, rue Castor. La Ville était différente alors, après le mois d’août, elle s’endormait, tout était fermé et c’était un peu triste. En plus, il n’y avait pas toutes les aides et les services dont on bénéficie aujourd’hui. C’est beaucoup plus gai maintenant, il s’y passe plein de choses toute l’année. J’étais à Deauville pendant la guerre et après la guerre, nous avons vécu quinze ans au Venezuela où mon époux dirigeait un hôtel. Cette période a été un enchantement pour mes filles et moi-même. Nous sommes rentrés au Havre lorsque mon mari est devenu sommelier sur le France. Une de mes filles s’est mariée à Deauville et nous sommes venus nous y installer. J’y ai retrouvé beaucoup d’amis. Maintenant je vis seule dans mon appartement depuis douze ans et grâce à l’ADAPAF, je bénéficie d’une aide à domicile. Depuis que j’ai fait une chute il y a un an, Marina vient chaque matin. Elle est très attentionnée et gentille et sans elle je suis perdue.

Comment se passent vos journées ?
Micheline Jobert : le matin passe très vite avec Marina et le midi je déjeune au foyer, ensuite je participe aux animations et je vois mes amies. Chez moi je fais des mots croisés, je lis beaucoup - je suis fan de roman policier, ce qui fait dire à mes amis qu’avec toutes ces horreurs, je dois faire des cauchemars, mais non, je dors très bien !…-. Tous les jours même si je marche moins bien après ma chute, je fais le tour du quartier, d’ailleurs je voudrais bien qu’il y ait plus de bancs pour pouvoir se reposer quelques minutes. Par exemple, vous vous mettez sur un banc Place du Marché, il y a toujours quelqu’un qui vient vous parler, c’est sympa !

Vous faîtes preuve de beaucoup de dynamisme et d’une joie de vivre très communicative. Comment faites-vous ?
Micheline Jobert : J’ai beaucoup de chance et j’ai eu une vie très douce. Ma fille qui a 73 ans vit tout près. Elle aussi bénéficie des services de l’ADAPAF. J’ai la chance d’être bien entourée par ma famille et j’ai une devise : il faut profiter pleinement de chaque moment de bonheur.

 

Marina, une belle rencontre
Marina est arménienne et elle a fait un long périple pour fuir la guerre, d’Arménie en passant par l’Ukraine, l’Estonie avant d’arriver à Deauville avec son tout jeune fils et de rencontrer Thérèse et le CCAS. Elle a appris notre langue et s’est formée à son travail d’ aide-ménagère. Son fils qui a maintenant 15 ans est un grand sportif qui fait honneur aux équipements sportifs Deauvillais. Marina déclare : je n’avais pas de famille et maintenant j’en ai une grande. J’adore voir Madame Jobert chaque matin et je viens travailler avec plaisir.