Retour

Confinement : un réseau solidaire très actif

A Deauville, la solidarité entre les associations a toujours été de mise. En période de confinement, les liens sont encore plus resserrés entre des acteurs très complémentaires. Le C.C.A.S adapte son action sociale envers les familles en difficulté. Un véritable maillage est en place avec la Croix Rouge, les Restos du Coeur, Saint- Vincent de Paul, le commissariat, et les médecins et personnels de santé. L’ensemble du dispositif déjà testé au printemps a apporté beaucoup de sérénité. Chacun sait qu’il pourra compter sur l’aide de la Ville en cas de difficulté. Faisons connaissance avec l'équipe du CCAS et du Foyer des aînés

Christèle Cerisier-Philippe, Adjoint au Maire en charge des Affaires sociales, au logement, aux personnes âgées et la santé.

"Les périodes de confinement ont fait augmenter les violences au sein des couples. Le chômage partiel a fragilisé les familles les plus démunies. Beaucoup d’employés ont perdu notamment les primes ou les heures supplémentaires, les pourboires perçus habituellement. Les familles monoparentales sont les plus atteintes par ces difficultés. Beaucoup de femmes, mères isolées ont travaillé tout l’été pour compenser sans prendre de congés. Le C.C.A.S est souvent intervenu pour financer les activités des enfants, payer le centre aéré ou la cantine. La participation financière du C.C.A.S est parfois méconnue des familles en difficulté. Il ne faut pas hésiter à faire savoir que nous pouvons accompagner même si c’est passager.
La Ville et le C.C.A.S apportent aussi des réponses concrètes pour la détresse psychologique avec l’activation d’une cellule de soutien psychologique avec les partenaires du territoire."

 

Delphine Mesnil, Responsable du CCAS et du foyer Jacques Letarouilly

Elle mène la campagne annuelle des colis de Noël. Cela prend un tour particulier cette année. Tous les bénéficiaires de ces colis ont été appelés. Ce coup de fil est primordial pour identifier d’autres difficultés et mettre en place des dispositifs adaptés : livraison de courses alimentaires, de médicaments, écoute. Un protocole d’appel a été élaboré pour ne rien laisser passer à chaque contact. 750 colis seront distribués au domicile des bénéficiaires cette année en raison de la crise sanitaire.

Isabelle Lecourt, Agent d'accueil du C.C.A.S

Derrière des vitres plexiglas, Isabelle Lecourt, renseigne et accompagne toute la journée. Elle est aussi en charge de préparer le Noël des 25 familles les plus démunies de Deauville, du repas exceptionnel aux cadeaux pour les enfants.

 

Bernadette Payel, Agent d’accueil au foyer Jacques Letarouilly

Habituellement, elle « fait le taxi » pour aller chercher chaque jour des personnes qui viennent y déjeuner et sert les repas. En novembre, elle a gardé tous les jours le contact par téléphone avec les habitués du restaurant. Elle leur parle d’autre chose que de la COVID pour apporter un peu de joie. Elle livre aussi les médicaments de toutes les pharmacies deauvillaises pour les personnes les plus fragiles. Depuis le premier confinement, les médecins envoient les ordonnances par mail aux pharmaciens. Cela évite des files d’attente et des risques de contagion.

   

 

Et sur le terrain... 3 rencontres

1. Dans la cuisine de Jean-Claude, Amina ouvre le frigo et range le repas du jour. Elle répète ce geste une trentaine de fois par jour. Les repas sont copieux : entrée, plat, laitage, dessert et pain. Ces repas remplacent ceux du foyer en attendant sa réouverture dès que les conditions le permettront. Beaucoup de personnes âgées aiment s’y retrouver.

2. Les agents municipaux de la Ville, notamment ceux normalement affectés à la piscine et des bénévoles du Lion’s Club se relaient au téléphone en permanence depuis le 1er confinement pour rester en contact chaque semaine et au rythme qui leur convient avec les personnes âgées. Plus de 800 personnes ont été contactées. 150 d’entre elles ont souhaité être contactées. La Ville a mené en parallèle un travail de sensibilisation au système d’alerte en masse qui permet – lorsqu’on est inscrit – de recevoir des messages de la ville. Actuellement, plus de 200 en bénéficient.

3. Marie-Hélène, 94 ans
Pour Marie-Hélène, le confinement est plus difficile qu’au printemps. Elle s’oblige à marcher quand même une heure par jour. La convivialité du foyer Jacques Letarouilly lui manque, même si elle appelle au téléphone ses amis pour garder le contact.
Autrefois enseignante, elle se félicite d’avoir pu apprendre les bases de l’informatique avec Deauville Accueil. Cela lui permet aujourd’hui d’être connectée. Sa tablette et son smartphone lui sont devenus indispensables pour suivre des conférences (celles de l’Université inter-âges par exemple), lire, se tenir informée, échanger avec sa famille. Chaque jour, Marina, auxilliaire de vie à l’A.D.A.P.A.F vient chez elle pour le ménage, l’aider à faire les courses, échanger…