BUDGET 2018 : LE CONTEXTE BUDGETAIRE DE LA COLLECTIVITE

1 – Les communes partie prenante dans la maîtrise des dépenses publiques.
La loi de finance 2018 > 2022 réforme en profondeur les finances locales et les relations entre l’Etat et les collectivités locales. Elle introduit la contribution des collectivités « à l’effort de réduction du déficit public et de maîtrise de la dépense publique » et inaugure en ce sens des mécanismes contractuels d’encadrement de leurs dépenses. Ces mécanismes devront en principe s’appliquer à l’ensemble des communes même s’ils sont pour l’instant seulement précisés pour les communes de plus de 50 000 habitants et les 319 plus importantes collectivités.

2 – Le concours financier de l’Etat aux communes stabilisé mais toujours au plus bas niveau
Après 4 années de baisse des dotations, les concours financiers de l’Etat se stabiliseraient à terme. La Ville de Deauville perdrait cette année environ 200 000 € (entre DGF et FPIC) supplémentaires par rapport à 2017. Une somme importante mais très loin des niveaux de baisse des années 2014 à 2016.
Ainsi le montant moyen de DGF, perçu par la ville de Deauville, sur la période 2014-2017 a été de 2.621K€. Ce montant est inférieur de 38,23 % à celui perçu en 2007.
En 2018, l’incertitude viendra de la réforme de la Taxe d’Habitation.
Il est ainsi prévu une exonération d’ici 2020 pour 80% des personnes imposées au titre de leur résidence principale.

3 – De bons indicateurs économiques mais des recettes locales incertaines
Même si le produit des jeux de Casino a connu une hausse de 5,5 % sur les 10 premiers mois de l’année 2017, il fait suite à une baisse régulière depuis 2007. Ces résultats invitent la municipalité à rester prudente sur ses projections 2018. L’évolution positive des droits de mutation permet en revanche de provisionner une recette plus importante.