3 orientations pour le Projet Educatif Territorial

L’objectif du projet éducatif territorial est de mobiliser toutes les ressources d’un territoire afin de garantir la continuité éducative entre, d’une part les projets des écoles et, le cas échéant, les projets des établissements du second degré et, d’autre part, les activités proposées aux enfants en dehors du temps scolaire. L'école du socle doit donc permettre d’organiser des activités périscolaires prolongeant le service public d’éducation et en complémentarité avec elle. Elle peut être centrée sur les activités périscolaires des écoles primaires ou aller jusqu’à s’ouvrir, selon le choix de la ou des collectivités intéressées, à l’ensemble des temps scolaire, périscolaire et extrascolaire, de l’école maternelle au lycée. A Deauville, elle a été créée en 2013 en même temps que la réforme des rythmes scolaires et comprend trois orientations.

1 - Travailler sur le parcours de l’enfant Ecole-Collège-Lycée

L’objectif est de mettre en œuvre un programme qui permette à l’enfant d’avoir accès à un enseignement de qualité, complémentaire tout au long de son parcours. Il  doit au final appréhender facilement les méthodes de travail de demain.
Un réseau des acteurs éducatifs, sur la base du volontariat, se constitue au fil du temps sur le territoire, autour de projets communs. Depuis un an, il intègre d’autres partenaires comme la Mission locale, la maison des ados, le CCAS, la DDCS…).

C’EST QUOI UN PARCOURS COHÉRENT ?
L’ensemble des actions mises en place depuis plusieurs années visent avant tout à favoriser l’apprentissage des fondamentaux par tous les élèves : savoir lire, écrire, compter. S’ajoutent différentes thématiques transversales  pour diversifier les centres d’intérêt des élèves et développer leur curiosité, tout au long de sa scolarité. Les différentes thématiques ont été développées, pour répondre aux besoins d’ouvertures culturelles et de mobilité, mais aussi pour répondre aux besoins de formation du territoire, en particulier, ceux en lien avec le tourisme.

2 - Une complémentarité accrue entre temps scolaire et non scolaire

A Deauville, certains enfants passent beaucoup de temps dans les instances péri-scolaires du fait d’une grande amplitude horaire. D’où l’importance attachée à ces temps qui doivent à la fois permettre le repos, la détente, mais aussi donner la possibilité d’apprendre ou de découvrir.
C’est d’autant plus important que  le temps scolaire en primaire n’a cessé de se réduire passant de 29 heures semaine, à 27, puis 25, et aujourd’hui 24h. A partir de 2013, sur la base de l’organisation déjà mise en œuvre,  l’équipe de la Ville a travaillé sur le développement d’activités périscolaires qualitatives qui constituent un réel apport pour les enfants. Les apprentissages proposés sont ceux que l’école n’a plus le temps de décliner.

3 - Evoluer et innover pour s’adapter aux besoins

Fermeture de classe, nouveaux contenus pédagogiques, développements des structures péri scolaires, intégration du numérique…l’école a le devoir de s’adapter en permanence.
Pour l’équipe municipale, l’environnement de travail des enfants a toujours été une priorité. 18 à 20 000 euros sont consacrés chaque année à l’entretien courant des bâtiments, mais aussi à l’évolution des espaces pédagogiques. Dans ce domaine, la Délégation Académique au Numérique Educatif accompagne le service jeunesse pour conseiller et former les encadrants. Cette collaboration -  qui s’est amorcée après la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires - a permis de mieux organiser la salle de repos par exemple et de renforcer par ailleurs l’accès aux livres et à la lecture.
Loin de la salle de classe classique, la réflexion sur les espaces éducatifs a permis d’intégrer des outils numériques et de faciliter leur utilisation. Tout un univers créatif est désormais à la disposition des élèves. On y pratique le théâtre, le dessin, les arts plastiques, la musique, la couture ou encore les travaux manuels. Le sport est aussi intégré à l’intérieur de l’école pour favoriser la pratique sportive ou la sophrologie. Les postures des enfants, la modularité des espaces et des équipements, l’usage des dispositifs sont des sujets d’expérimentation. L’enjeu est de développer chez l’enfant l’autonomie, la coopération ou la solidarité entre élèves.
Les cours de récréation évoluent aussi : on y a installé depuis quelques années des équipements sportifs, des dispositifs pour jardiner, un poulailler…