Du mer 15 août au dim 16 septembre - De 14:00 à 18:00 - La Chatonnière - DEAUVILLE

Exposition : Deauville 1914>1918 : la plage fleurie dans la grande guerre

Pendant la Grande guerre à Deauville, les hôpitaux militaires et maisons de repos pour les soldats Français sont installés dans l’hôtel Royal et les salles du casino, l’orphelinat Saint-Joseph et la pension Marianne. On y dénombre mille lits et trois cent infirmières. Certaines sont connues comme Marthe Chenal ou Isadora Duncan qui s’engageront pour soigner les malades. A quelques mètres, Le Cercle, à l’époque le "jeu de Paume", et la salle des fêtes servent de base pour l’intendance. Dans le Port municipal, quinze chalutiers sont réquisitionnés. Une flottille de drifters s’amarre pour lutter contre la guerre des mines, une "ligne de front" souvent oubliée. Un peu plus haut, pas moins de 20 000 soldats du Commonwealth sont passés par l’immense camp de repos établi sur le Mont-Canisy entre 1917 et 1918. Relié par le chemin de fer à la gare de Tourgéville. Fait moins connu, une importante colonie de réfugiés Belges et Français ont résidé à Deauville durant cette période de conflit.

Ce panorama - celui de Deauville entre 1914 et 1918 – s’expose en images, lettres, documents cet été à la Chatonnière. 700 documents pour la plupart inédits, tous surprenants. L’ampleur des installations militaires dans une station balnéaire habituée à une toute autre fréquentation est saisissante. Deux films de douze minutes empruntés au War Museum de Londres témoignent du passage des soldats Français, Anglais, Australiens, Canadiens, Africains du sud dans la ville. On y verra pour la première fois à Deauville la vie qui s’est installée là pendant quatre années.

L’exposition témoigne d’un conflit qui a engagé non seulement les militaires mais aussi le monde civil partout en France. Toutes les ressources du pays ont été mobilisées dans l’effort de guerre. Il impacte la population aussi bien dans la vie quotidienne avec les rationnements que dans la chair avec les Deauvillais qui seront tués au front. Les installations touristiques s’arrêtent pour la plupart, sont réquisitionnées. Toute la ville, toutes les villes sont concentrées sur le conflit pendant quatre ans et souvent longtemps après.

L’exposition est à l’initiative de l’Amicale Philatélique et Cartophile de Trouville-Deauville, en partenariat avec le Conseil départemental, la Ville de Deauville et sous le label de la Mission Centenaire 14-18.
22 panneaux imprimés sur toile reprennent plusieurs thèmes pour montrer tous les contours de la vie pendant ces années :
- Les hôpitaux par Yves Aublet
- Le port par Jean Moisy
- Le camp du Mont-Canisy par M. Verbauwhede.
- La vie quotidienne par Hubert Moisy et Gilbert Hamel
- Les réfugiés belges Lionel Duhault, archiviste municipal
- Le retour des soldats et la commémoration par Lionel Duhault, archiviste municipal
15 autres panneaux affichent des documents d’époque (cartes postales, courriers, photos…) issus de la collection de l’Amicale Philatélique et Cartophile de Trouville-Deauville, et 10 photos grand format seront installées dans les jardins de la Chatonnière.
Un catalogue reprenant les textes et iconographies de l’exposition sera disponible à la vente.