Bruno Doucey

Invité au Festival Livres & Musiques 2018

Pour Bruno Doucey, né en 1961 dans le Jura, la poésie est un art de l’hospitalité, « un voyage par lequel nous métissons nos héritages culturels et humains pour bâtir un nouvel art de vivre ensemble », une résistance qui conduit vers la lumière. Après avoir dirigé les éditions Seghers, il a fondé avec la romancière Murielle Szac en 2010 une maison d’édition vouée à la défense des poésies du monde et aux valeurs militantes.

Mais il est aussi romancier s’attachant le plus souvent à faire revivre de grandes figures de poètes assassinés comme Max Jacob (Le carnet retrouvé de monsieur Max, Ed. B. Doucey, 2015), Marianne Cohn (Si tu parles Marianne, éditions Elytis, 2014), Victor Jara (Victor Jara, non à la dictature, Actes Sud Junior, 2008) Federico Garcia Lorca (Federico Garcia Lorca, non au franquisme Actes Sud Junior, 2010) et le chanteur kabyle Lounès Matoub, (Lounès Matoub, Non aux fous de dieu, Actes Sud Junior, janvier 2018).

Ses derniers recueils, S’il existe un pays et Ceux qui se taisent sont parus aux Éditions Bruno Doucey (2013 et 2016). Également auteur de très nombreuses anthologies de poésie (Passagers d’exil, Guerre à la guerre, Vive la liberté, Chants du métissage, 120 nuances d’Afrique), Bruno Doucey n’a de cesse d’être le passeur de la voix des poètes, qu’il fait entendre dans d’innombrables situations de lecture à haute voix.

Maître d’œuvre du Livre des déserts (Robert Laffont, 2005) et auteur de L’aventurier du désert (Elytis, 2010), il est, selon René Depestre, préfacier de ses Poèmes au secret (Le Nouvel Athanor, 2007), « un arpenteur des solaires équipées du sable et du vent ».